La notion d'information

la géobiologie de l'habitat, mythe ou réalité
Partager la page géobiologie et habitat sain

  Accueil   > L'approche   > L'approche bioénergétique   > La notion d'information




Lors d'un travail Géobiologique, nous effectuons des "corrections" en nous appuyant notamment sur le taux vibratoire comme référentiel, il convient cependant également de tenir compte de la notion d'information...


 

 

Le caractère vibratoire de la matière


Géobiologie, la notion d'information

La matière n'est pas inerte... elle repose sur l'assemblage d'atomes qui sont maintenus dans un état vibratoire.

 

Nous sommes en présence de deux polarités énergétiques : celle de la matière et celle du "vide" qui sont intimement liées, le "vide", s'il est vide de matière, n'en est pas moins rempli d'énergie sous forme vibratoire, ce champ d’énergie étant caractérisé par des fréquences :

 

Ainsi, la matière est une condensation de l’énergie présente dans le cosmos (dans le "vide") par diminution de son taux vibratoire.

 

Cette loi que la science a mis en évidence grâce à la physique quantique, a été de tous temps connue (ou détenue) par les anciennes civilisations et intuitivement par certains physiciens :

 

« Il existe un champ énergétique à la base de la création à l'intérieur de ce qu'on appelle l'espace, le    vide...
   Mais le vide n'est pas vide du tout, il est plein, et nous savons cela depuis presque 400 ans en    physique quantique [...]. C'est l'espace qui créé la matière, et non la matière qui définit l'espace... ».
   
Nassim Haramein (considéré comme le successeur d'Einstein)

 

« Toute matière provient d'une force et n'existe que par celle-ci... Nous devons appréhender l'existence    à travers celte force, comme un esprit conscient et intelligent. Cet esprit est la matrice de toute    matière... »
   Max Planck (père de la théorie quantique)
Géobiologie, la notion d'information

 

Par exemple, le soleil, puis les planètes, se sont constitués dans un mouvement de spirales, mouvement primordial, par condensation (accrétion) d'une nébuleuse, de nuages de poussières et de gaz dans une région "vide" de notre galaxie.

 

Géobiologie, la notion d'information Ou encore l’eau, présente naturellement dans l’air (le "vide") sous forme de vapeur, qui lorsque son champ d'énergie se contracte, provoque sa condensation en état liquide, et lorsque cette contraction se poursuit, devient solide et sa densité augmente...


 

Ondes et information


Grâce notamment aux travaux effectués par Nikola Tesla, Schrödinger, Georges Lakhowsky, Karl Pribram, Étienne Guillé, ou encore Pinel et Fritz Popp, on parle alors d’ondes scalaires ou champs de torsion...

 

C'est Nikola Tesla qui a découvert les ondes scalaires vers 1890, il parlait lui d'ondes ou de champs de torsion, et c'est un éminent scientifique russe, le Dr Kozyrev (1908-1983), qui a prouvé l’existence de cette énergie dite de torsion, puisqu’elle est produite par rotation, ces champs de torsion ou ondes scalaires accompagnant tous champs électromagnétiques :
- naturels, générés par exemple par une faille géologique ou une veine d'eau souterraine,
- mais aussi artificiels, comme les basses et hautes fréquences.

 

Ces "informations" venant se surajouter aux influences physiques (effets thermiques et athermiques) et pouvant nous perturber au niveau physiologique par le fait que ces champs girent dans le sens contraire de l’ADN de nos cellules soit lévogyre (de sens gauche), dextrogyre (giration à droite) étant le sens favorable...

 

Géobiologie, la notion d'information À gauche, lorsque deux ondes de même fréquence sont émises sans être décalées, on dit qu'elles sont en phase, qu’elles s'additionnent et qu’elles s'amplifient...

 

Géobiologie, la notion d'information À droite, lorsque deux ondes parallèles de même fréquence sont décalées de 180°, elles s'annulent l'une l'autre, c'est le cas des champs de torsion qui par paires de vagues identiques sont en phase dans l'espace, mais temporellement déphasées de 180°.

La molécule d'eau, un Internet biologique

 

Citons la phrase du Docteur Henri Quiquandon, vétérinaire et géobiologue : “C’est la molécule d’eau qui met l’homme en relation avec le Cosmos...”

 

La molécule d'eau est le principal résonateur des radiations d'origines électromagnétiques... notamment d’origine cosmique, comme l'ont notamment démontré les travaux réalisés par le professeur Piccardi de l'Université de Florence...

 

Ce savant inspiré ayant observé qu’avec les mêmes expériences exécutées dans des conditions rigoureusement semblables, il obtenait des résultats variables selon la date à laquelle il les réalisait, ce qui est scientifiquement inadmissible (?!)...

 

Recoupant régulièrement ces différences aberrantes (?), Piccardi formula cette hypothèse de travail : "Puisque seule la date varie, c'est qu'à chacune il se produit "quelque chose" et qu’une force intervient qui n'est pas la même en mars qu'en septembre et vient modifier le processus et le résultat de ces expériences...".

 

Il en déduisit que cette force était l'incidence du champ électromagnétique de la voie lactée, ici intervint le physicien Antonio Giao, qui, réunissant les résultats expérimentaux de Piccardi et les équations d'Einstein, prouva l'existence des champs de ces forces galactiques, l’hypothèse de Piccardi devenait cette fois scientifiquement admissible...

 

Et il en conclut donc que c’était par l'intermédiaire de la molécule d'eau que ces forces interviennent dans les réactions chimiques qui se déroulent sur terre...

 

Ces travaux ont ainsi fait apparaître la notion de cosmo-couplage à laquelle n'échappe aucun être vivant, car l'eau est présente partout : dans la moindre de nos cellules, jusque dans les profondeurs du sol terrestre...

 

La modification de la structure moléculaire de l'eau selon les périodes de la journée et de l'année expliquant ainsi un grand nombre de phénomènes biologiques...

 

Pour aller plus loin sur l'eau...


 

Les interactions avec le vivant


Si on considère le caractère vibratoire de la matière et que le corps physique résulte de la concrétion des corps subtils, il n'y a qu'un pas à faire pour comprendre le processus agissant sur le vivant...

 

Géobiologie, les interactions entre la matière et le vivant












Au-delà des limites de notre corps physique (l’énergie densifiée), nos corps énergétiques subtils sont ainsi en interaction permanente avec l’environnement...

Géobiologie, les corps subtils

 

Ces différents corps se succèdent depuis l’extérieur vers l’intérieur dans une fréquence décroissante et ils "hébergent" chacun un type de vibration (spirituelle, mentale, émotionnelle, énergie vitale,...).

 

Lorsque ce champ énergétique se condense, l'air que nous inhalons et qui circule dans notre système respiratoire vient alimenter le volume des liquides (liquides sanguins, rachidiens,...).

 

Sa fréquence diminuant davantage, les molécules de ces liquides se structurent à l’état solide pour constituer les tissus (organes, squelette,...).

 

Dans les processus d'interactions qui se jouent entre le vivant : l’humain, mais aussi les animaux, le végétal et l’environnement, les perturbations du champ énergétique rencontrées affectent tout d’abord les corps subtils, et le corps physique (biologique) qui en étant ensuite affecté, va manifester des déséquilibres sur le plan organique, notamment par l’intermédiaire des glandes endocrines...

 

Ce qui explique par exemple certains sentiments de mal être vécus dans une habitation, sans pouvoir en déterminer les causes, certaines informations et certaines mémoires étant transmises et rendues perceptibles par le biais de ces différents corps...

 <<<<        >>>>