Le point de vue de la science

Ateliers habitat vivant
Partager la page géobiologie et habitat sain

  Accueil   > L'approche   > L'approche bioénergétique   > L'approche scientifique




 

 

Ce que dit la science


Résultant de longs siècles d'observation et ne se résumant pas à des petites recettes ou des superstitions, la Géobiologie, science de la vie, s'intègre dans une démarche de recherche du bien-être et de l'harmonie au sein des lieux de vie...

 

Dans cet aspect, l'étude de l'influence des rayonnements d'origine tellurique (du latin tellus : terre) et cosmique permet d’entrevoir comment nous recevons, captons, modulons, adaptons et surtout nous nous orientons à travers la relation microcosme / macrocosme, exprimée ici en terme de "rayonnements".

La terre dans l'espace

 

En se déplaçant, les mouvements de notre planète s'accompagnent de phénomènes électromagnétiques d'induction autant dans le sol et les océans que dans l'atmosphère,
et les couches plus élevées, ces phénomènes entretenant un système complexe de charges et de particules en mouvement, avec lesquels nous sommes en totale corrélation.

 

Une notion fondamentale de la Géobiologie

Par cette interdépendance, nous baignons dans les champs de rayonnements comprenant principalement les rayonnements cosmiques (d'origine extragalactique), dont une partie est absorbée ou déviée par la terre, les vents solaires et lunaires, ainsi que les rayonnements d'origine tellurique.

 

La vie s'est ainsi créée dans ces champs, à l'origine de cet équilibre biologique complexe qui nous régit.

 

Nous percevons l'influence du temps et du climat, mais nous sommes moins directement (consciemment) sensibilisés à l'action du sol, aux forces et aux impulsions atmosphériques ou à celles originaires du cosmos, des travaux ayant démontré que nous recevions continuellement du centre de notre galaxie des ondes gravitationnelles, ces ondes influençant le champ magnétique terrestre et étant à l'origine de vibrations ou ondes électromagnétiques composées.

 

 

Les rayonnements cosmiques et telluriques

 

Dès 1903, Rutherford (prix Nobel de physique nucléaire), Mc Clennan, Goeckel, Millikan et Bowen (astrophysiciens américains), ont découvert les radiations électromagnétiques naturelles ultra-pénétrantes, cette découverte ayant été confirmée par les astrophysiciens Goeckel et Kohlôrster, qui les ont appelées ondes cosmiques... lire la suite

 

Hormis le rayonnement cosmique, il existe des rayonnements d'origine terrestre, les rayonnements telluriques, dont la science est en mesure de montrer l'existence à l'aide d'appareils de physique ultra-sensibles, tels que le compteur Geiger, ou encore le compteur à hélium,...
Géobiologie

 

En dehors des anomalies, comme les failles, les cours d'eau souterrains ou les réseaux géomagnétiques, il existe à la surface du sol des zones de "turbulences", créées par une plus ou moins forte réflexion ou absorption de ces ondes cosmiques et plus particulièrement dans les couches superficielles concernant surtout le rayonnement d'ondes courtes, ce que confirma dans ses travaux sur l'oscillation cellulaire Géobiologie Georges Lakhovsky... lire la suite

 

Les radiations cosmiques étant en grande partie réfléchies (réfractées, diffusées) et en se combinant au rayonnement initial, produisent un champ induit d'ondes stationnaires renforçant fortement l'effet pathogène du "réseau H" (Hartmann), ainsi...
- Il est fréquent de constater des troubles et des maladies chroniques    sur le passage du quadrillage "H" aux emplacements des lits lorsqu'il    s'agit de terrains conducteurs.

 

- À l'inverse, il existe des zones où l'absorption et la pénétration du rayonnement cosmique à la    surface du sol est telle que la réception radioélectrique est rendue très difficile, ce qui est le cas des    terrains diélectriques constitués de sables, grès, gypses, calcaires, roches cristallines ou alluvions    riches en sables et graviers.

 

   La pénétration s'effectuant alors en profondeur sans générer de réactions sur le champ superficiel,    l'activité de ce quadrillage étant dans ce cas nettement moins intense.

 

   * À intensité égale, une onde courte étant plus vite absorbée dans le sol qu'une onde longue, et       donnant naissance à des courants d'induction plus intenses, ces différences d'absorption s'accentuant       selon la conductibilité des sols, un phénomène d'ailleurs bien connu des radioélectriciens.

 

Pour aller plus loin...

 

Comme l'a démontré le Pr Yves Rocard, il convient de ne pas sous-estimer l'importance de l'influence des variations du champ magnétique terrestre.

 

En n'oubliant pas le phénomène des ondes de Schumann...

 <<<<        >>>>