Le concept d'habitat vivant

la géobiologie de l'habitat, mythe ou réalité
Partager la page géobiologie et habitat sain

  Accueil   > Approche   > La maison miroir   > La notion d'information   > Le concept d'habitat vivant




La qualité de l’habitat est un enjeu majeur... l’habitat est notre deuxième peau, elle mérite toute notre attention...
Cette qualité exerce une influence directe sur les personnes et les animaux qui y vivent, le bien-être, l'harmonie et la santé découlant d’une vision holistique, elle est englobante et nous relie au tout...

 

Le brouillard exponentiel généré par les ondes électromagnétiques artificielles ainsi que par l'utilisation de produits et de matériaux à base de composants chimiques de synthèse, interfèrent et nous coupent de la qualité des échanges avec les différents rayonnements ambiants qui nous sont favorables... et indispensables...


 

Vers un habitat biotique....


L’habitat, et plus généralement l’architecture, est la création de l’Homme pour qu'il s'y sente bien, en harmonie et protégé, il s’agit du reflet et du prolongement de notre existence, l’interface avec la Terre, notre mère (la Pacemama des Incas), la liaison avec notre environnement...

 

La terre est traversée par des forces qui la font fonctionner et qui la font vivre, nous vivons à leur rythme, par cette interdépendance, notre espace vital baigne dans ces champs de rayonnements, comprenant notamment les rayonnements cosmiques, les "vents" solaires, lunaires,... et les rayonnements d'origine tellurique proprement dit.

 

Le concept d'habitat vivant, l'équilibre cosmotellurique

 

Nous sommes donc impactés par ces forces fondamentales, aussi bien pour l’humain, que pour le monde animal et végétal :


Depuis des millénaires, alors que les certitudes de l'homme reposaient sur une lente accumulation de données transmises au fil de la longue aventure humaine, la grande intuition de nos ancêtres et leur profonde sensibilité aux lois de la nature s'est petit à petit diluée dans le solvant d'une technologie de plus en plus perfectionnée, allant de pair avec un rationalisme rejetant impitoyablement les faits inaccessibles à son analyse fine et pourtant limitée, sous prétexte de rigueur, tout événement ou phénomène sortant du cadre rationnel étant immédiatement taxé d'illusion, quand ce n'est pas de charlatanisme...

 

Aujourd’hui, surtout en Occident, la plupart des civilisations ont perdu ce rapport aux forces naturelles, la nature de ces énergies étant encore relativement méconnue, notre civilisation ne la reconnaissant peu, ainsi, dans une vision idéale d’une société matérialiste, l'être humain s’est coupé de Mère Nature... tout ce qui n'est pas perceptible par les cinq sens ou non démontré "scientifiquement", a été "mis au placard"...

 

La partie la plus importante d'un iceberg est invisible

À des degrés divers, nous sommes tous des saint Thomas, ne croyant que ce que nous voyons et ce que nous touchons, soumis au monde matériel, nous avons besoin de mettre le doigt sur l'objet de nos doutes pour nous convaincre de sa réalité...
De là sont nés les théories et les raisonnements destinés à expliquer le fonctionnement des systèmes vivants et à formaliser les lois de la Nature, certains "grands esprits" ayant dissociés l’esprit de la matière ainsi que l’homme de la nature, et réduit tout fonctionnement d'un système quelconque à un mécanisme, qui nous ont causés tant de tort...

 

Reconnaissons cependant que d'énormes progrès ont été réalisés dans tous les domaines, et que d'importantes étapes ont été franchies sur le plan technologique, mais à force d'analyser et de disséquer les objets de recherche en éléments de plus en plus petits, nous nous sommes spécialisés à outrance, oubliant cependant le rôle de l'ensemble, constitutif des parties...

 

Nous avons tous en tête l’image d’un pavillon traditionnel avec sa toiture à deux pans, sa cheminée, ses fenêtres carrées,... l’ensemble de ces "connaissances ancestrales" ayant en fait été créé de toute pièce à la fin des années soixante, la fébrilité de reconstruction de l'après-guerre touchant à sa fin, il a alors été conçu un habitat individuel en lui donnant une allure simple et en l'appelant "traditionnel", c'est probablement la "tradition" la plus rapide à voir le jour qui aie jamais existé, des nouveaux matériaux sur lesquels nous n'avions aucun recul sont devenus omniprésents, ne pas les utiliser était une pensée inconcevable...
Ainsi, plus de 2.000 ans de traditions (réelles celles-là), et de savoirs de constructeurs ont été éradiqués, et pourtant une tradition, c’est "un ensemble de connaissances transmises de génération en génération"...

 

Pourquoi un habitat vivant ?...

 

Suite à une prise de conscience du fait que l’être humain est le seul sur la terre qui construise son propre écosystème, est-il normal que notre habitat qui est notre espace de vie, soit un facteur déclenchant, voire aggravant, de pathologies source de mal être, et génératrices de pollutions mettant en cause l’équilibre écobiologique de notre planète ?...
Les ateliers de l’habitat vivant ont été créés afin de mettre en application les principes de la bioconstruction (ou écoconstruction), ainsi que de la Géobiologie...
Le concept : un habitat harmonieux, en interaction et en symbiose avec son environnement, est le fruit de nombreuses expériences et recherches dans différents domaines : l’architecture et les techniques de la construction, la géobiologie, les tracés régulateurs, la biologie, l’écologie, la chimie, la composition des matériaux,...


 

C'est un fait, on construit n'importe où, n'importe comment...


Avec notre mode de vie actuelle "voiture (métro), boulot, dodo", nous vivons la majeure partie de notre temps confiné(e)s dans des espaces couverts bâtis dans l'ignorance du savoir des anciens bâtisseurs qui ne plaçaient pas leur habitat n'importe comment, n'importe où,... ayant constaté par exemple que la présence d'eau dans le sous-sol génère des zones de perturbations en surface.

Il est curieux de constater que nous construisons des assemblages de matières inertes et en béton édifiés sur des sols dont on ignore s'ils sont aptes à générer la
vie, dont le seul but est "d'engranger" un maximum d'êtres humains et dans le non-respect des lois de l'harmonie universelle... ou l'énergie cosmique est piégée et ne peut plus pénétrer, sans compter que notre équilibre est bien souvent menacé par un environnement électromagnétique de plus en plus stressant...

 

Notre objectif n'étant pas d'imposer nos choix, mais de proposer des alternatives concrètes et fiables aux matériaux et techniques mis en oeuvre "conventionnellement", qui tiennent encore trop peu compte du bien-être, de l'équilibre et de la santé de ses utilisateurs, et aussi du respect de nos écosystèmes.

 

Ainsi, un habitat vivant (ou biotique), sera notamment caractérisé par :


La Géobiologie n’est ni une théorie fumeuse, ni une vue de l’esprit, ni encore une croyance, mais bien une réalité qui repose sur des faits connus et reconnus depuis la plus haute antiquité...

 

Son but est d’étudier certains aspects de notre monde matériel et d'entrouvrir des portes sur d'autres réalités échappant encore à des démonstrations rationnelles, car sortant du cadre des lois connues de la physique... elle s'adresse sans restriction à toutes celles et ceux qui recherchent le bien-être et l’harmonie et qui souhaitent s'ouvrirà d'autres dimensions...

 

La Géobiologie tente de nous faire découvrir qu’il se cache une autre réalité, derrière la façade des illusions d'une société à la poursuite d'une croissance délirante et inhumaine... et que cet univers, loin d'être inaccessible, se trouve à la portée de tout un chacun, ne demandant qu'à être (re)découvert, dans la mesure où l'on cesse de placer des barrières et des limites à nos capacités et que l’on dépasse nos peurs...

 

La Géobiologie est en fait un terme moderne pour désigner une pratique ancestrale : la perception et la modification des énergies d’un lieu, afin de créer un cadre de vie propice au vivant... il s’agit d’une science qui s'inscrit dans le cadre de l'écobiologie au service de l'humain et du vivant sous toutes ses formes... dans notre société occidentale, elle réveille ce qui est enfoui au plus profond de nous, cette partie de nous que l’évolution de la société a séparée, dissociée, comme si cela devait représenter deux aspects distincts l’un de l’autre, bien qu’il s’agisse d’une seule et même chose indivisible...

 

Ne pas croire à la Géobiologie, c’est penser que l’être humain est indépendant de tout ce qui l’entoure... que rien n’aurait d’influence sur lui et qu’il n’aurait d’influence sur rien, pourtant...
* Tant que le thermomètre n’était pas inventé, il n’était pas possible de prouver l’existence de la fièvre ni de la    mesurer, ce qui ne voulait pas dire qu’elle n’existait pas, et il était cependant possible de la ressentir... la    physique quantique est venue bouleverser cet aspect figé des choses, en nous apportant une nouvelle vision    des phénomènes qui nous entourent.

 

Reconnaissons toutefois qu'un changement de conception s’amorce timidement quand à l’existence de ces forces, l’homme occidental commençant à en repenser la nature et propose notamment l’emploi d’énergies naturelles et renouvelables...
Gageons que la vision globale d’un habitat biotique et sain, qui intègre plusieurs domaines, dont la Géobiologie, soit l'avenir de nos différents lieux de vie...

 << page précédente