L'impact sanitaire

Ateliers habitat vivant

 

flux rss géobiologie - expertises - formation

 


















 

Bien qu'ils puissent être d'origines multifactoriels, ce qui ne favorise pas leur reconnaissance et ce qui a permis aux différents intervenants de nier tous autres effets que thermiques jusqu'à présent, la progression des connaissances scientifiques rendent cependant de plus en plus intenable la défense de cette thèse...

 

C'est ainsi que de nombreuses études épidémiologiques ont observé...

 

Des effets thermiques

 

Une augmentation de la température provoquée par l'agitation moléculaire générée par ces rayonnements.

 

L'échauffement étant un phénomène naturel, la capacité de thermorégulation du corps compensant naturellement la hausse de température, cependant, lors d'une exposition à
un rayonnement trop puissant, cette capacité est insuffisante et des brûlures peuvent apparaîtrent.

Des effets biologiques et une interaction avec
d'autres pollutions environnementales

 

De nombreuses études mettent en cause les rayonnements électromagnétiques dans l'apparition de troubles du sommeil, d'une fatigue anormale, de nervosité, de vertiges ou de pertes de mémoire, ou encore de difficultés de concentration.

Les effets des ondes électromagnétiques

 

On observe également une ouverture de la barrière hémato-encéphalique, la barrière cellulaire qui entoure le cerveau, qui devient alors poreuse et perméable lorsqu'elle est soumise à des micro-ondes pulsées, la voie devenant alors libre permet le passage de substances toxiques comme les métaux lourds, avec toutes leurs conséquences...

 

La majorité des substances chimiques industrielles synthétiques parmi lesquels nous évoluons, étant allergènes et non biocompatibles avec notre organisme, la perméabilité des membranes cellulaires favorisant la pénétration, voire l'imprégnation de nos organismes par une multitude de particules nocives par voie cutanée, respiratoire et digestive, avec des conséquences neurotoxiques, endocriniennes, métaboliques, cancérigènes, génotoxiques ou reprotoxiques.

 

D'autres études montrent qu'une exposition à ces champs fait chuter la sécrétion de mélatonine, un neurotransmetteur qui joue un rôle important dans les défenses immunitaires et régule le rythme biologique, pouvant occasionner une fragilisation de l'ADN...

 

Ainsi, l'exposition massive et continue à ce brouillard d'ondes (électrosmog) entraîne la baisse de nos défenses immunitaireses et s'avère être l'un des principaux facteurs environnementaux responsables de l'explosion de maladies chroniques, métaboliques et/ou neurodégénératives, voire maladies rares ou orphelines.

 

Des normes inadaptées à des effets sanitaires avérés...

 

On notera que les limites sont déterminées uniquement en fonction de l'élévation de température produite dans le corps humain sur la base de mesures réalisées sur un demi-mannequin en plastique remplis d'un gel (sic ?!), ne tenant donc pas compte des mesures des pics des micro-ondes pulsées, par exemple, les différents opérateurs se retranchant derrière les normes et ne prenant pas en compte l'avancée des connaissances de la médecine environnementale ainsi que les différentes préconisations, notamment européennes...

 


On aimerait comprendre ?...

 

Dans son rapport du 8 Juillet 2016 l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) confirme que l’urgence est d’informer les citoyens pour qu’ils réduisent leur exposition (et celle de leurs enfants) aux ondes électromagnétiques, les experts mettant clairement en cause les téléphones portables, les tablettes tactiles ou les jouets connectés.

 

Les employeurs devront dorénavant respecter de nouvelles règles visant à protéger leurs salariés des champs électromagnétiques émis par les (nombreux) appareils électroniques présents sur les lieux de travail.
Ces dispositions, qui viennent transposer une directive européenne, ayant pour ambition d’améliorer « la protection de la santé et de la sécurité des travailleurs, qui reposait jusqu'alors sur les seuls principes généraux de prévention ».
Dès l’entrée en vigueur de ce décret, l'exposition d'un salarié à des champs électromagnétiques ne devra pas dépasser certaines valeurs limites d'exposition.
Décret 2016-1074 du 8 Août 2016

 

Le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer), dépendant de l’OMS, a officiellement reconnu comme potentiellement nocives les Radiofréquences (RF) et les Hautes Fréquences (HF), qui ont été classées dans la catégorie 2B, soit "potentiellement cancérogènes" depuis le 31 mai 2011, ce qui s'applique aux fréquences utilisées par le compteur Linky (CPL, Courant Porteur en Ligne, et RF).

 

Et les compteurs communicants ?...

 


 

De nombreuses études scientifiques ont démontré les effets biologiques
des ondes électromagnétiques
Cependant, lorsque les résultats se sont avérés trop préjudiciables pour les différents opérateurs, ces études ont été arrêtés ou leurs résultats non publiés (sic).

 

Pour le Professeur Dominique Belpomme et son équipe, en pointe dans ce domaine,
les causes sont maintenant bien identifiées...

 

Écoutons le professeur qui sait de quoi il parle

 

Le danger des ondes électromagnétiques (Part1)

 

Le danger des ondes électromagnétiques (Part2)

 

Le danger des ondes électromagnétiques (Part3)

 

Le site du Pr Belpomme et son équipe

 

Béatrice Milbert, maladies et ondes électromagnétiques

 



On notera que depuis 2011, en Californie et au Canada, notamment, on démonte ce type de compteurs, suite à de nombreuses plaintes : santé, pannes et incendies, les opérateurs et les élus ayant pris conscience que la santé de toute la population risquait d’être affectée par une irradiation supplémentaire, ce, 24 heures sur 24.

 

On notera enfin une impossibilité scientifique : démontrer un non-effet...

On objecte souvent qu’a contrario aucune étude n’a prouvé que l’exposition aux champs électromagnétiques ne présente pas de risques, c’est cependant méconnaître le principe selon lequel la science ne peut pas prouver qu’un effet n’existe pas.

 

Autrement dit, la méthode scientifique permet de quantifier les effets d’une cause mesurable, en revanche, il est scientifiquement impossible de démontrer un "non-effet", puisqu’aucune preuve ou mesure sur laquelle pourrait s’échafauder le raisonnement scientifique n’existe...

 

Ainsi, on ne peut démontrer scientifiquement que les phénomènes surnaturels ou paranormaux (par exemple comme les fantômes) n’ont pas de réalité, ce qui n’empêche pas une partie de la communauté scientifique d’être convaincue de leur inexistence...


Les assureurs observent le principe de précaution

 

Conscients des risques, les assureurs ont pris les devants et ils ont modifiés leurs contrats en excluant des conditions générales et particulières les dommages de toute nature causés par l'amiante, le plomb, les champs et les ondes électromagnétiques, le formaldéhyde, ainsi que les dommages résultants de l'utilisation ou de la dissémination d'organes génétiquement modifiés (OGM).

 

Ainsi, sous la pression des compagnies de réassurance, les assurances professionnelles et industrielles en responsabilité civile (R.C.) ont assortis leurs polices de certaines clauses d’exclusions particulières :
  • Les dommages causés par tout fait ou succession de faits de même origine, dès lors que ce fait ou ces faits ou certains dommages causés proviennent ou résultent de toutes sortes de radiations ionisantes, des propriétés radioactives, toxiques, explosives ou autres propriétés dangereuses des combustibles nucléaires, produits ou déchets radioactifs.
  •  

  • Les dommages immatériels non consécutifs.
  •  

  • Tous les dommages, pertes, frais ou dépenses de quelque nature que ce soit, causés directement ou indirectement par, résultant de, ou liés de quelque manière que ce soit aux champs électromagnétiques (EMF).
  •  

  • Tous les dommages, pertes ou dépenses de quelque nature que ce soit, causés directement ou indirectement par, résultant de, ou lié, de quelque manière que ce soit à l’encéphalopathie spongiforme transmissible (TSE) en ce compris dans sa manifestation chez l’homme.

 


 >>>> 



                                                                                       Politique de confidentialité        Informations sur les cookies