L'électricité polluée "ou sale"

Ateliers habitat vivant

 

flux rss géobiologie - expertises - formation

 





Conséquence de la prolifération de charges non linéaires, la pollution des réseaux électriques engendre une pollution des différents réseaux électriques dans les secteurs industriels, tertiaires et résidentiels...

 

Un phénomène relativement récent, apparu avec les progrès de l’électronique qui affecte non seulement une installation, mais aussi les consommateurs voisins, pouvant générer des contraintes économiques importantes :
- une diminution du facteur de puissance,
- un surdimensionnement et un vieillissement prématuré des installations,
- ou un déclenchement des systèmes de protection (disjoncteur),...

 

Avec pour corollaires une augmentation de la consommation, et aussi, des effets au niveau biologique.

 

La pollution harmonique

L’électricité polluée ou "électricité sale" (dirty electricity) pouvant être un des cofacteurs à l’origine de symptômes allant de la fatigue chronique à la dépression, de douleurs physiques en passant par des insomnies, une perte de mémoire, ou encore des problématiques des personnes souffrant d'électrosensibilité, qui trouvent peu de preuves sur la cause et le moyen de soulager leur souffrances, et que l’on considère (trop) souvent comme psychosomatiques (?!).

 

En termes simples, les recherches les plus récentes définissent l'électricité polluée comme un phénomène désignant l’existence d’une pollution appelée "bruit électromagnétique", soit une émission de fréquences insidieuses qui sont captées et véhiculées par les câbles des installations électriques qui se comportent comme une antenne, le 50 Hertz étant l’onde porteuse de rayonnements basses et hautes fréquences qui créent des surtensions harmoniques.

 

* On notera que ces surtensions peuvent également être répercutées par couplage capacitif par tous    objets ou matériaux métalliques, comme par exemple une lampe, le ferraillage des planchers et des    murs, les structures métalliques des doublages et de cloisons en placoplâtre, le frigo, la machine à    laver, la chaudière, ou encore une hampe de télévision,...


 

Une histoire d'harmoniques...


 

Lorsqu’on étudie ce phénomène, on observe qu’un réseau d’alimentation est composé de tensions et courants sinusoïdaux, cependant, la présence de certains récepteurs déforme ces signaux et génère la création d’harmoniques qui représentent la somme entre une sinusoïde pure à 50 Hertz appelée la fondamentale et plusieurs sinusoïdes multiples de 50 Hertz appelées harmoniques*.

 

* On parle alors d’harmoniques de rang pair = 2, 4, 6,... qui sont les harmoniques de tension, et    impair = 3, 5, 7,... les harmoniques de courant qui sont les plus perturbants.
   • Rang   3 : courant supplémentaire = 150 Hertz (  3 x 50 Hz)
   • Rang   5 : courant supplémentaire = 250 Hertz (  5 x 50 Hz)
   • Rang   7 : courant supplémentaire = 350 Hertz (  7 x 50 Hz)
   • Rang 11 : courant supplémentaire = 550 Hertz (11 x 50 Hz),...

Harmoniques












 

Un aperçu de pollutions harmoniques présentes
dans le réseau électrique

 

Provenant de l'intérieur
- Onduleurs pour panneaux photovoltaïques et pour l'informatique (produisant beaucoup    d'harmoniques).
- Transformateurs d'ordinateurs, imprimantes, photocopieurs.
- Alimentations à découpage ou transformateurs électroniques types chargeurs (téléphones Dect,    tablettes, PC, TV, Box Wifi,...).
- Adaptateurs CPL (Courant Porteur en Ligne) utilisant l’installation électrique pour créer un réseau    internet interne.
- Transformateurs électroniques des lampes basse consommation (fluocompactes,...).
- Appareils électriques communs : TV LCD, LED, plasma, écran ordinateur, onduleurs,...
- Tubes fluorescents, néons, variateurs d'intensité lumineuse (dimmers).
Courant pollué - Lampes à décharge gazeuse à basse et haute pression.
- Chargeurs d'appareils.
- Appareils électroménagers, aspirateur, plaque à induction, four,...
- Équipements médicaux.
- Installations industriellles : variateurs pour moteurs, fours à arc, machines diverses,...
- Variateurs d'intensité lumineuses: télévariateurs, gradateurs,...

De l'extérieur
- Compteurs communicants (CPL Linky, Gazpar, Aquarius,...).
- Antennes-relais, éclairages publics, transformateurs,...
- Lignes de distribution du courant électrique (qui véhiculent beaucoup de fréquences, surtensions,    phénomènes transitoires,…).
- Influence d’appareils utilisés dans le voisinage (les installations électriques d'un quartier s'influençant    mutuellement).
- ainsi que provenant des habitations et logements environnants.

 


 <<<< 



                                                                                       Politique de confidentialité        Informations sur les cookies