Pierres de légende, sources, fontaines et chapelles en Bourgogne





En Saône-et-Loire

 

Arrondissement d’AUTUN


 

Canton d'AUTUN 2

 

BROYE
Le menhir a été découvert en 1913 présente de gravures que l’on peut voir à la lumière rasante.
L'un d’entre eux représente une hache à talon poil une forme humaine que l'on pourrait interpréter comme étant un implorant agenouillé.

 

 

Les hauts lieux vibratoires

DETTEY
En contrebas de Dettey, en prenant la route qui mène aux Bonneaux, on trouve en remontant le chemin une (énorme) Pierre croûle et tout proche, le chapeau du diable
(ou de Napoléon).

 

 

SAINT-ÉMILAND
Non loin du village et de l'ancienne voie romaine "Agrippa", on trouve dans le bois de St-Émiland une fontaine "miraculeuse" dont l'eau jaillit à l’endroit où périt Saint-Émilien selon la légende, l'évêque guerrier venu de Bretagne pour combattre les Sarrasins.

 

Un pèlerinage avait lieu le vendredi suivant le 24 Juin pour la guérison de toutes les maladies, plus spécialement les affections de la vue, des douleurs, de la stérilité et la délivrance des femmes enceintes, on faisait bénir l’eau de la fontaine et des linges pour les malades.

 

La pierre des Pains, proche de la fontaine.

 

 

SAINT-PANTALÉON
Au lieu-dit le champ de la Justice, on peut trouver ce qui reste d'un ensemble mégalithique exceptionnel en Bourgogne.

 

Rien à voir avec Carnac, mais on est en présence d'un véritable alignement de menhirs, les fouilles effectuées ayant révélé une trentaine de blocs de granit, dont une partie est encore enfouie ou non détectée.


Les hauts lieux vibratoires

 

 

Canton de CHAGNY

 

COUCHES
D'une hauteur de 2,83 m à 7,35 m, les menhirs d’Époigny, dont six s'alignent au-dessus de Charmoy en direction de Drevin, il s'agit ici de l'ensemble mégalithique le plus important de Bourgogne.


 

 

Canton du CREUSOT 1

 

MONTCENIS
Cette jolie bourgade de la banlieue du Creusot était jadis le siège d'un important bailliage et sur la butte qui domine le village se dressait un château des ducs de Bourgogne, dont il n'en reste que quelques pans de murs.

 

La tradition affirmant qu'un trésor y a été enterré, un certain Abba du Creusot vint un jour s'y promener, une curieuse rencontre l'attendait, une dame blanche lui indiquant qu’un trésor se trouve dans le puits et surtout comment il pourrait le récupérer après en avoir obtenu la clé, seulement il y avait une condition, il ne devait en parler à personne, ce que bien sûr le jeune homme ne fit pas, le trésor ne sera jamais retrouvé et le puits existe toujours, alors...


 

 

Canton du CREUSOT-EST

 

SAINT-SERNIN-DU-BOIS
La fontaine et la chapelle Saint-Plotot (Saints-Gervais et Protais) au hameau de Gamay, où se trouvent deux statuettes baptisées l'une Saint-Plotot, et l'autre Saint-Freluchot (à cause de ses cheveux frisés).

 

Les pèlerins doivent venir trois vendredi de suite, ils arrivent à la chapelle avant le lever du soleil invoquant Saint-Plotot, ils font toucher à la statue des bonnets, des chemises, des cordons à l'usage des enfants noués, ils raclent un peu de la statue et mêlent cette poussière à l'eau de la fontaine pour être bue ou pour laver ses membres.

 

Les femmes en mal d'enfant, de leur côté s'adressent à Saint-Freluchot pour être fécondes et elles vont boire à la source, des pièces de monnaie sont déposées en offrandes, les remerciements consistent en linges de toutes sortes, notamment en cordons qui enlacent la statue de Saint-Plotot.


 

 

Canton de LUCENAY-L’ÉVÊQUE

 

ANOST
Réputée pour la guérison des maux d’yeux, la fontaine, proche de la chapelle Sainte Claire.

 

Les roches de Velée, le château des Fées.

 

Située sur un point de vue dans les hauteurs du village, Notre-Dame de l’Aillant veille sur Anost.
Érigée et bénite en août et septembre 1878, une plaque dont le père Jacques-Joseph Mariller, curé de la paroisse est à l'origine a été fixée au piédestal de la statue avec la mention gravée : « En reconnaissance à la Vierge Marie qui a protégé Anost le 1er décembre 1871 ».

 

 

CHISSEY-EN-MORVAN
On se rendait à la fontaine de Saint-Martin pour la guérison des fièvres, pour cela il fallait boire de l’eau trois jours de suite le matin, une autre propriété des eaux étant celle de guérir les maux de tête, pour ce faire, il fallait appliquer hermétiquement un verre plein d'eau renversé sur le sommet de la partie qui fait souffrir, en le laissant séjourner pour qu'il s’échauffe rapidement.

 

 

LA-CELLE-EN-MORVAN
La fontaine Saint Méri, située à coté de l’église paroissiale.

 

 

ROUSSILLON-EN-MORVAN
Les marmites de géants, des roches situées dans les gorges de la Canche.

 

 

SOMMANT
La roche de la Griffe du Diable.


 

 

Canton de MESVRES

 

MESVRES
Les Éduens vénéraient la bonne déesse de la Certenue lors d'une fête dite balladoire (païenne) dédiée à des divinités païennes liées depuis des millénaires à la présence de sources vives.

 

Dans la chapelle Notre-Dame des Neiges érigée sur la colline (où selon la tradition la neige ne tombe jamais), on venait implorer la statue miraculeuse de la Vierge, qui la nuit de la Pentecôte devant les pèlerins avait son visage qui se couvrait de sueur et de larmes, pour intercéder en faveur des fidèles et obtenir que leurs voeux soient exaucés.

 

Les hauts lieux vibratoires

La fontaine qui se trouve non loin de la chapelle est visitée toute l'année.

 

Un pèlerinage avait lieu le lundi de Pentecôte, les pèlerins arrivaient le soir de
Pentecôte et passaient la nuit en chantant des Cantiques ou en dévotion, on s’y rendait pour la guérison des enfants noués ou qui tardaient à parler, des fièvres et de la stérilité.
Le lundi matin, les pèlerins buvaient l'eau, font des ablutions et des provisions d'eau de la source, à midi on cessait de boire et de puiser à la source.

 

Il se pratiquait aussi des neuvaines à une intention particulière, ce qui impliquait de boire pendant neuf jours de l'eau puisée à la source ou en provenant, en cas de réussite, un voyage s'imposait à la Certenue, antique lieu de culte druidique.

 

La pierre de la dame de Mesvre se situe elle près de la ferme du Mousseau, entre le Peut-Cros (creux du Diable) et le creux de l'Abîme, il s’agit d’un monolithe de forme pyramidale d'environ 2 mètres de haut dont sur la face verticale on peut observer une croix gravée.

 

Des légendes courant autour de cette pierre énigmatique...
Le lieu où elle se trouve serait ensorcelé par le Diable attirant les paysans qui s'enlisent avec leur charrette, et près d'elle on peut apercevoir la nuit des feux follets qui sont des âmes de damnés.
Les hauts lieux vibratoires

 

Quant à l'origine de la croix gravée certains affirment qu'une nuit une dame
mystérieuse est venue et elle a gravé sur la roche maléfique une grande croix mettant ainsi fin au sortilège démoniaque.
Fatiguée, elle dut s'asseoir pour se reposer car l'on voit sur cette roche l'empreinte
des plis de sa robe, ce serait dit-on la Dame de la Certenue.

 

Après analyse de la gravure on s'est aperçu qu'elle avait deux origines, le premier sillon, représentant un serpent et ayant été taillé dans la pierre par un outil de pierre, et à ce symbole païen on a ajouté au moment de la christianisation une autre barre faite avec un outil de fer, et ainsi le culte païen s'est vu remplacer par le culte chrétien.

 

 

UCHON
Le carnaval, un agglomérat de plusieurs énormes chaos granitiques.

 

Énorme galet de granit de huit mètres de large et 2 mètres 30 de haut et pesant plus de 20 tonnes, la pierre qui Croûle Les hauts lieux vibratoires située à l'orée du bois d'Escrots jouissait jadis d'une propriété curieuse, celle Les hauts lieux vibratoires d'osciller du Nord au Sud à la moindre pression, auréolée de surnaturel, les anciens la consultait comme un oracle et leurs descendants, vigilants gardiens des traditions ancestrales, la prenait encore pour arbitre, par une singularité de leur nature, ils l'avaient transformée en juge spécialiste de la fidélité conjugale.

 

Quelque mari jaloux concevait-il des doutes sur la sagesse de son épouse ?..., il l'amenait de gré ou de force à la pierre qui croûle, et là, de son doigt tremblant, l'inculpée devait mettre le juge en mouvement, le nombre des oscillations fixait sans erreur possible, le soupçonneux conjoint sur son bonheur ou son infortune.

 

Les hauts lieux vibratoires

Que de drames et de comédies durent se jouer à l'ombre de cette pierre, des villageoises à l'âme inquiète venaient en cachette s'exercer à risquer l'épreuve, la
pierre qui croule étant la terreur des petites morvandelles, mais aussi la bête noire de tous les coqs de village.

 

Située au Pré Pautet, la Griffe du Diable, un énorme rocher marqué des griffes de
Satan (?), d'après la légende (et également diabolisée par l'église).

 

On trouve aussi des roches dans la Chambre du Bois : la pierre du Haut du Clou, les rochers du Mont
Julie ou du Salon du Diable.
Les hauts lieux vibratoires

 

La chapelle présente la particularité assez rare d'être édifiée sur une énorme roche granitique.

 

Fréquentée par les nourrices pour avoir un lait abondant, la fontaine Mortanne, la pratique consistait à faire des aspersions sur les seins à la fontaine, et renouveler
celles-ci pendant trois jours avec de l’eau dont elles remplissaient une cruche avant de s’en retourner.


 

 

Canton de MONTCENIS

 

SAINT-SYMPHORIEN-DE-MARMAGNE
Au hameau de Maison-Dru, l'eau de la fontaine de Sainte-Anne était réputée donner du lait aux nourrices, pour cela les femmes se lavaient les seins, puisant l'eau de la source dans un vase qu'elles faisaient toucher à la statue avant de boire, et emportaient le reste pour continuer pendant quelques jours leurs dévotions, le pèlerinage se déroulait naguère le 14 Mai.

 

Sur cette commune est aussi signalée la Source du Grisy, dont l'eau qui sort à 24° contient de l'hélium parmi les gaz en dissolution, un cuvelage composé de quatre éléments circulaires en chêne formant un puits et des objets votifs ont été retrouvés sur place, dont une statuette de "déesse-mère" en terre blanche, cette source est située près d'une mine d'autunite à radium ou uranite.


 

 

Canton de SAINT-LÉGER-SOUS-BEUVRAY

 

LA COMELLE
Proche de la chapelle Notre-Dame de la Garde, on trouve sur le côté Est du Mont de la Garde la source Sainte-Claire dont les eaux étaient réputées pour la guérison des affections de la vue.
Les hauts lieux vibratoires

 

Pour cela, il fallait arriver à jeun avant le lever du soleil, la veille, l'avant-veille ou le jour de l'Assomption, et le 1er Août jour de la fête de Sainte-Claire, les malades se lavaient les yeux en invoquant la Sainte et emportaient de l'eau, les offrandes étaient des œufs ou des pièces de monnaie.

 

Survivance du passé, une pratique oraculaire se faisait encore au début du XXème siècle, il est dit qu'à la naissance d'un enfant, on jetait une poupée d’étoffe ou tout autre simulacre dans l’eau de la source, si l'objet surnage, c'était l'indice d'une longue vie.

 

À la fin du XIXème siècle, des processions étaient aussi organisées pour l'obtention de la pluie lors de grande sécheresse.

 

 

LA GRANDE-VERRIÈRE
Située aux roches de Glenne, la pierre de la Fontaine du Bon Dieu.

 

On venait en pèlerinage le jour des Rameaux à la fontaine des Fées, située proche de la chapelle de Glesne et de la Roche du Jardon.

 

 

LE MONT BEUVRAY - BIBRACTE
Les hauts lieux vibratoires

Pour obtenir la guérison des fièvres et aussi pour favoriser la lactation et rendre fécondes les femmes stériles, les pèlerins se rendaient en pèlerinage le premier mercredi de Mai à la fontaine Saint-Martin, qui se trouve près de la chapelle St Martin, au Sud-Est du Mont Beuvray.

 

Quand les fiévreux ne pouvaient s'y rendre, ou trempait dans l'eau un cordon ou un linge qu'on leur passait autour de la tête, et dont on ornait après la guérison la croix qui s'élève près de la fontaine, où étaient aussi accrochés des jarretières, des lacets et des rubans laissés, les offrandes se faisaient sous forme d’oeufs, de fromage ou de pièces de monnaie.

 

Les hauts lieux vibratoires Les hauts lieux vibratoires

Célèbre à la fin de l'indépendance gauloise par la réunion des chefs gaulois pendant la guerre des Gaules, le Mont-Beuvray (Bibracte des Éduens) possède un rocher imposant connu sous le nom de Pierre de
la Wiwre ou Theureau de la Wirve, ou encore Theureau de la Wivre.

On raconte qu'un serpent volant cache un trésor sous la pierre qu'il défend âprement, mais qu'une fois l'an, il déplace le rocher et étend sa fortune au soleil pendant la procession, le dimanche de Pâques.
On dit volontiers que si une personne jetait de la mie de pain sur les richesses, tout ce qui serait ainsi touché appartiendrait à l'heureux personnage, et que si quelqu'un parvient à voler le trésor, pour échapper à la wivre, il suffit de pouvoir franchir de l'eau, ne serait-ce qu'un mince ruisseau.

 

Certains affirment que le trésor était accessible pendant la messe de minuit de Noël, d'autres enfin que pendant les douze coups de minuit, la pierre tourne.

 

La légende rapportant qu'une femme pendant ce laps de temps s'empara du trésor, mais qu'elle en oublia son enfant emprisonné sous la pierre, sur les conseils du curé, elle apporta chaque jour du lait et du miel à l'enfant et au bout d'un an, rapportant les richesses, elle retrouva l'enfant vivant,la wivre ayant pris soin de l'enfant.

 

Il semblerait aussi que la Wivre se déplace parfois, et qu'elle irait à Thouleurs, puis aux roches de Glenne.

 

On notera que cette légende se rapproche de celle de la Pierre-qui-Vire à Saint-Léger-Vauban, dans l'Yonne.

 

 

LUCENAY-L’ÉVÊQUE
La roche de Saulx, située dans le bois de la Forêt.

 

Situées au lieu-dit le Bas de la Chapelle, les selles de St Julien et St Léger.

 

 

Les hauts lieux vibratoires

SAINT-DIDIER-SUR-ARROUX (25 km au Sud-Ouest d’Autun)
La fontaine Saint-Lange recevait la visite des mères qui venaient tremper une chemise dans l'eau et la passer mouillée aux enfants malades au moment du lever du soleil, une pratique récente consistait à faire des ablutions aux enfants atteints de maladies infantiles.

 

La Chaise du Diable, ainsi qu’un amas mégalithique situé sur le Mont Dône.

 

 

SAINT-PRIX-EN-MORVAN
La roche du Crot Morin.

 

La fontaine Pelourdeau.

 

 

THIL-SUR-ARROUX

La fontaine St-Martin, située près du Genou de l'Âne de St-Martin.


<<<<    >>>>



                                                                              Politique de confidentialité        Informations sur les cookies