Pierres de légende, sources, fontaines et chapelles en Bourgogne





Dans l'Yonne (suite3)

 

Canton du TONNEROIS


 

ANCY-LE-LIBRE
La fontaine Saint-Maixent, située au centre du village et proche du petit lavoir municipal aménagé en contrebas de l'église, l'abbé Patriat nous apprend que "la fontaine Saint-Maxent était visitée par les mères qui y trempaient les linges de leurs enfants malades, et priaient en cet endroit, quelquefois même, on plongeait l'enfant dans l'eau...".

 

 

ARGENTEUIL-SUR-ARMANÇON
La Fontaine de la Jouenchère, qui ressemble davantage à une mare allongée de faible étendue qu'à une source jaillissante, elle est localisée à mi-chemin entre les agglomérations d'Argenteuil et de Cusy, par la R.D. 109, sensiblement au niveau de la ferme de Balcey, au nord, et à quelques centaines de mètres de cette exploitation agricole.

 

 

CRUZY-LE-CHÂTEL
Le puits du château de Maulnes, lié à la fée Mélusine.

 

 

QUINCEROT
La source anonyme, se trouve au début du village et se présente en forme de puits de deux mètres de profondeur avec un diamètre équivalent, elle alimente un ancien lavoir contigu.

 

 

QUINCY
Les hauts lieux vibratoires La fontaine Saint-Gauthier à Quincy réputée soigner les ophtalmies, est située en bordure de la route départementale 56 conduisant de Commissey à Rugny, est sans conteste l'un des sites les plus romantiques du Tonnerrois.
Elle doit son charme à une incontestable qualité monumentale alliée à un environnement agreste empreint d'une fraîcheur verdoyante qui confèrent à ce lieu une aimable beauté.

 

 

TANLAY
Avec la fontaine Saint-Gauthier de Quincy, la fontaine Narmond est l'un des sites les plus pittoresques duLes hauts lieux vibratoires Tonnerrois, les traditions s'y rattachant concernant le folklore des divertissements populaires lié au cycle de Pâques, elle se rencontre sur les finages de la localité de Tanlay, dans le bois de Narmont situé à droite de la R.D. 965, menant de Tanlay à Châtillon-sur-Seine, depuis la route, aux abords du parc du château, il suffit d'emprunter la première ligne forestière, qui s’engage perpendiculairement dans la forêt, sur une distance d'environ 500 m, pour parvenir à la source.

 

La fontaine a été édifiée au creux d'un vallon solitaire hérissé d'une futaie majestueuse, elle surprend à la fois par sa qualité architecturale et la beauté un peu sauvage de ces lieux, l'eau s'échappe d'une niche moussue et remplit une vasque demi-sphérique, d'où elle s'écoule ensuite dans un canal de pierre, disposé en cascades, pour atteindre un vaste bassin d'alimentation aménagé dans le parc qui la redistribue en différents points du domaine.

 

 

TISSEY
La fontaine Saint-Baudry, située située près de la ferme de St-Baudry sur les confins des finages de Tissey, à environ un kilomètre de l'agglomération.

 

On y parvient en empruntant un moment la route départementale menant à Vézinnes ainsi qu'un chemin communal conduisant à une dépression humide, appelée la Vallée du Cléon ou encore la Vallée de Saint-Baudry, la source et la chapelle sont dissimulées en bordure d'un bois.

 

 

TONNERRE
La Fosse Dionne, située dans un quartier retiré de Tonnerre, dispense ses eaux à l'endroit sans doute le plus ancien de la cité.
Elle sourd à l'aplomb d'un plateau rocheux nommé "les Vieux Châteaux", qui dût jadis abriter la vieille agglomération de "Tomodurum" dans une région de plateaux calcaires et secs.

 

La fontaine Saint-Michel du Mont Volut, située sur le Mont Voûtois, anciennement Mont Volut, aujourd'hui captée pour les besoins en eau des Tonnerrois.

 

La fontaine de Chamboudon ou des Bouillons, située à mi-côte de la route départementale 965, menant à Auxerre, par Chablis, elle est localisée à droite et en contrebas de la route, entre les lieux-dits "Endroit de la Gerbe d'Or" et "Les Champs Boudon", proche celui de "TarteMaillet", dont la fonction était d'assister le paysan dans son environnement quotidien et ses activités agraires.

 

 

TRICHEY
À près d'un kilomètre du village, on remarque une haute colline sur laquelle fut jadis érigée une construction fortifiée entourée de fossés aujourd'hui complètement enfouis dans la végétation, la fontaine de Grivet ou Griveau, s'y dissimule au creux d'un talus, masquée par un épais fourré de ronces et d'orties.

 

 

TRONCHOY
La statue "miraculeuse" de la Vierge dite Notre-Dame de Bellevue, un important pèlerinage s’y déroulait autrefois.


 

Canton de VILLENEUVE-SUR-YONNE


 

DIXMONT
Le menhir dit le Four aux Verres ou la Pierre Cheville, situé dans le bois de l'Enfourchure (forêt domaniale de l'Abesse).

 

La source du Four aux Verres, située à flanc de coteau du côté opposé au menhir.

 

 

LES BORDES
Le chaos rocheux du Four au Diable.

 

 

VÉRON (9 km au Sud de Sens)
La fontaine Saint-Gorgon chantée par Joachim du Bellay, située à 1 km au nord du bourg en direction de Rosoy, au pèlerinage du 9 Septembre ou du dimanche suivant, la source est visitée pour la guérison de tous les maux, mais en particulier l'épilepsie, les convulsions, les hernies, les maladies nerveuses des enfants, auparavant, ceux-ci étaient plongés nus dans l'eau ou encore, leur chemise immergée et portée ensuite, avant de se rendre à la source, les enfants étaient bénis par l’officiant après la lecture de l'évangile, le verdict, de guérison ou non, était considéré rendu par la divinité des eaux à la suite de cette pratique qui porte le nom "à la vie, à la mort", quant à Saint-Gorgon, il a remplacé comme ailleurs Gargan héros civilisateur, honoré sur les hauteurs.

 

 

VILLENEUVE-SUR-YONNE
Le menhir la Pierre Fritte, situé dans la plaine d'Egriselles.


 

Canton de VINCELLES


 

ANDRYES
La chapelle Saint-Fiacre, au hameau de Villeprenoy, un pèlerinage s'y déroulait, Saint-Fiacre passe pour guérir les fistules et les hémorroïdes (le mal de Saint-Fiacre).

 

 

DRUYES-LES-BELLES FONTAINES
La Roche et les Pas de saint Martin.
La tradition a enregistré le passage de Saint-Martin à Druyes, et l’on y montrait il y a encore quelques années, une Roche de Saint-Martin, ces monuments du passé, si précieux pour l'histoire trouvant rarement grâce devant les moindres besoins du travail moderne, la roche de Saint-Martin, exploitée à la création de la voie de fer, a maintenant disparu au grand regret des habitants du pays.

 

D'une certaine hauteur, cette roche surplombait en forme de voûte et avait un renom dans la contrée, à sa surface étaient creusées plusieurs cavités contenant habituellement de l'eau, même en été, le saint, disait-on, y avait puisé pour son usage lorsqu'il s'arrêta en ce lieu.
Trois des cavités du sommet, assez profondes, avaient la forme des pas d'un cheval et étaient désignées sous le nom de Pas de Saint-Martin, la quatrième ayant  été récemment dénaturée...

 

Qui ne reconnaîtrait dans ces creux à ablutions des pierres consacrées une affectation druidique de cette roche à bassins (?), si bien caractérisée, comme au Mont Beuvray, à Montigny ainsi que d’autres roches de Saint-Martin échelonnées sur sa route, populaires encore dans nos campagnes, où les habitants vont demander la guérison de certaines maladies (?), la tradition locale mentionnant également un autre Pas de saint Martin dans le bassin même des sources.

 

 

MOUTIERS-EN-PUISAYE
La fontaine Saint-Georges.

 

 

SOUGÈRES-EN-PUISAYE
Le calvaire des Roches.

 

 

TREIGNY
La Pierre à l'Enfant et la Pierre à Midi, le premier de ces monuments s'élève près du moulin de la Roche, la Pierre à Midi elle, est une roche branlante qui sans doute passait pour tourner sur elle-même à midi.



<<<<



                                                                                       Politique de confidentialité        Informations sur les cookies