Des propriétés régénératrices et soignantes

Atelier habitat vivant Auxerre, Géobiologie en Bourgogne

 

Ateliers habitat vivant - Géobiologie de l'habitat en Bourgogne

 



























  Accueil   / La Géobiologie des lieux d'énergie   / Des mégalithes aux cathédrales   / Les menhirs et les dolmens   / Les églises   / Des propriétés régénératrices et soignantes




Soigner le corps et l'esprit...

 

Une expérimenta-tion a été réalisée sur une personne avant et après qu'elle ait effectué un cheminement de régénération dans une église romane.

 

La Géobiologie sacrée     Avant     l'expérience

 

Le principe est simple, étant un émetteur naturel de photons, d'électrons et de particules quantiques, le corps est soumis à un courant électromagnétique émis par un spectrographe qui rend visible ces émissions, ce rayonnement impressionne le papier photogra-phique, qui une fois développé donne l'image spectrographique des pieds et des mains.

 

On voit nettement apparaître une énergie très faible, cette énergie bioluminescente très compacte démontrant que l'information circule faiblement au niveau des électrons et des photons.

 

Après avoir effectué le parcours, on observe une modification énergétique importante, les photons sont visibles sous la forme d'aigrettes qui entourent l'énergie des pieds...

 

La Géobiologie sacrée

 

On s'aperçoit que globalement, le passage dans l'église a modifié son aspect énergétique.

Le simple fait de circuler dans des alignements mégalithiques permet de se recharger en énergétiquement, s'adosser, s'appuyer et se plaquer contre un menhir en le prenant à bras-le-corps, établit un contact direct qui permet à l'énergie rayonnée par la pierre de passer dans le corps.

 

La tradition rapporte qu'autrefois à Carnac, les paysans avaient l'habitude de conduire leurs animaux malades entre les files de menhirs pour les soigner et les guérir.

 

Les menhirs ayant un pouvoir de guérison, un contact prolongé apporte une action bénéfique sur la partie du corps sujette à des maux ou étant le siège d'une pathologie, les pratiques ancestrales auprès des pierres, des sources et des fontaines guérisseuses en attestant...

 

Des rituels de fécondité qui réunissent la religion chrétienne et le paganisme

Par leur forme, mais aussi parce que certains étaient le lieu de pratiques destinées aux femmes ne pouvant avoir d'enfant, les menhirs ont longtemps été considérés comme des symboles phalliques.

 

La géobiologie sacrée, les sites sacrés

 

 

Aujourd'hui encore, de nombreuses femmes ne parvenant pas à être enceintes viennent se frotter le ventre contre un menhir, comme par exemple celui de Kerampeulven, à Berrien dans le Finistère.

 

Si les vertus curatives de l'énergie sont universelles, il semble judicieux de penser que cette spécialisation a vu ses effets se renforcer par les milliers de pratiques et prières dont ces menhirs ont fait l'objet, un principe identique à celui des fontaines réputées guérir des maladies spécifiques.

La géobiologie sacrée, les sites sacrés

Depuis fort longtemps, les femmes stériles de la région de Locronan dans le Finistère se rendent sur la chaise de Saint-Ronan, appelée Ar Gazeg Ven, la Jument de Pierre, un bloc de granite mégalithique sur lequel on s'asseoit après en avoir fait le tour, et qui possède la vertu d'exaucer les demandes d'enfantement.

 

Cette pierre de "culte païen" étant intégrée à la Troménie de Locronan, une procession qui rassemble plusieurs milliers de personnes tous les trois ans pour la petite Troménie, et six pour la grande.

 

Tout aussi étonnant est le menhir qui se dresse à quelques mètres de l'entrée de la chapelle de Samson à Pleumeur-Bodou, qui a été épargné lors de la construction de la chapelle au XVIème siècle, de tout temps, les femmes en mal d'enfant sont venues (viennent) se frotter contre cette "pierre païenne", dans l'espoir de favoriser une grossesse.

 

Les dolmens, une représentation de la matrice de la Terre-Mère

Lorsqu'on envisage également les dolmens comme des lieux d'initiation, on comprend la raison pour laquelle il n'y a pas d'autres ouvertures que l'entrée.

 

L'absence de lumière étant primordiale pour que l'on puisse se glisser à l'intérieur plongé dans l'obscurité.

 

On entre courbé, parfois rampant, à l'intérieur au sein duquel on est faute de place amené à prendre la position du foetus, on reste un certain temps, peut-être une nuit, pour trouver sa propre lumière intérieure, devenu homme ou femme, on ressort ensuite du dolmen face au soleil levant, à l'est.

 

Lors d'un rituel, il est nécessaire que le corps physique accompagne le cheminement de l'esprit pour provoquer l'initiation, une symbolique corporelle de naissance, fortement accentuée par le fait que l'espace interne du mégalithe possède les proportions d'une matrice maternelle.

 

Les dolmens où l'on accède en suivant un couloir, parfois très long et plus bas que la salle dans laquelle il conduit sont nombreux.

 

Cette architecture mégalithique étant justifiée par une destination de symbolique matricielle, car si l'on considère uniquement le dolmen comme un tombeau, un couloir d'accès dans lequel il faut ramper, est trop impraticable.

 

De menhirs en clochers, de dolmens en chapelles...

Beaucoup de chapelles ont été construites sur l’emplacement où se trouvait un dolmen, puisque c'est la structure du lieu qui en a déterminé l'implantation.

 

La géobiologie sacrée, les sites sacrés

Les clochers des églises possédant la même fonction d'antenne qu'avaient les menhirs.

 

Nombreux sont les sites où l'on peut encore déceler l'ancienne présence d'un mégalithe, par exemple en Haute-Loire, la chapelle Saint-Michel située en haut du dyke du Puy-en-Velay, à l'intérieur de laquelle se trouve l'ancienne table du dolmen auquel elle a succédé.

 

L'autel de la chapelle de Saint-Tréjan à Primelin, a lui été réalisé avec la table du dolmen qui occupait auparavant le lieu, posée sur quatre colonnes.

 

Le bel autel en bois de style Louis XV de la chapelle Saint-Maurice à Saint-Guyomard
dans le Morbihan, recouvre et cache l'ancien autel "païen" d'époque

La géobiologie sacrée, les sites sacrés mégalithique, qui est encore visible à l'extérieur derrière le chevet d'où il ressort en partie, les riverains y venant toujours s'y faire soigner leur mal
de dos.

 

La crypte de la chapelle des Sept-Saints, sur la commune de Vieux-Marché
dans les Côtes-d'Armor, n'est autre qu'un dolmen âgé de 4 à 7.000 ans.

 

La géobiologie sacrée, les sites sacrés

À Carnac, la chapelle Saint-Michel a donné son nom au tumulus sur lequel elle a été construite et qui renferme un dolmen à couloir de l'époque néolithique.

 

Faisant corps et incrustée avec la falaise, la chapelle Saint-Gildas à Saint-Nicolas-des-Eaux dans laquelle on trouve une pierre sonnante, est une transition typique avec les dolmens, le Blavet qui s'écoule à ses pieds apportant une énergie particulièrement apaisante sur le site.

 

Des chapelles aux églises et aux cathédrales...

En parcourant ces sites, on observe qu'un fil conducteur les relie : la présence d'énergies revitalisantes et de vertus souvent curatives.

 

La géobiologie sacrée, les sites sacrés

 

Succédant aux mégalitheurs, les Mérovingiens et les Carolingiens ont mis en oeuvre ces connaissances, puis véritables "centrales" énergétiques, les églises romanes, subtiles "machines" à transformer et à guérir, et plus tard les bâtisseurs du moyen-âge ont érigés les cathédrales...

 

C'est ainsi qu'on peut également observer la présence de mégalithes dans la basilique d'Orcival dans le Puy-de-Dôme en Auvergne, dans certaines cathédrales comme dans la crypte de Notre-Dame de Chartres, ou encore un menhir lié au culte de fertilité accolé à Saint-Julien au Mans.

 <<<<      >>>> 


                                                                                                            Politique de confidentialité        Informations sur les cookies