La Géométrie ou l'art du trait

Atelier habitat vivant Auxerre, Géobiologie en Bourgogne

 

Ateliers habitat vivant - Géobiologie de l'habitat en Bourgogne

 
















  Accueil   > La Géobiologie des lieux d'énergie   > Les menhirs et les dolmens   > Les églises   > La Géométrie ou l'art du trait




Souvent réduite à tort à la notion de nombre d’or ou de divine proportion, les bâtisseurs ont utilisé la géométrie pour relier les mesures de la construction à la proportion du lieu, avec pour objectif de donner l'organisation et la cohérence la plus adaptée pour un développement harmonieux du vivant et pour relier l’homme, l’architecture et son environnement...

 

La géométrie sacrée

La particularité d'un lieu étant intrinsèquement son rapport au soleil et à sa latitude, les tracés régulateurs permettent de révéler son caractère et concevoir le bâti en adéquation et dans le respect du lieu, fondamentalement, la géométrie sacrée réconciliant le lieu avec le bâtiment implanté et elle permet les échanges énergétiques entre le ciel et la terre.

 

Pour que les énergies soient activées, il faut cependant générer un léger décalage, ainsi une église n’est jamais parfaitement calée sur un azimut de 90°, on a toujours un décalage, ce qui permet d’obtenir un rythme selon la destination choisie.

 

Au Moyen âge, on parlait aussi de trivium et de quadrivium, qui correspondaient à des divisions introduites dans les matières de l'enseignement scolastique, un courant de la philosophie médiévale enseigné dans les universités.
- Pour certains on trouvait sept arts libéraux, dont les trois premiers : grammaire, rhétorique et    dialectique constituaient le trivium (3), et les quatre autres : arithmétique, géométrie, astronomie et    musique, le quadrivium (4), pour aboutir à l’homme (5)...
- Pour d'autres le trivium représentait les trois arts et le quadrivium, les quatre sciences...

 

La géométrie sacrée

Chaque corps géométrique possède sa propre énergie vibratoire qui dépend de sa forme, ce qu’on appelle les ondes de formes, ou plus exactement les émissions d’ondes de formes ou encore les vibrations de forme.

 

Déjà, dans l’ancienne Égypte ainsi que dans d’autres cultures antiques, on considérait que certaines formes étaient plus adéquates pour capter les énergies cosmiques et les manifester.

 

On considérait que certaines figures géométriques avaient la capacité de reproduire l’ordre harmonieux du cosmos sur la terre, que tout ce qui est en haut est identique à ce qui est en bas.

 

Entrer dans le monde de la géométrie sacrée, c’est aller à la découverte des principes universels qui sous-tendent et qui font fonctionner l’univers, c’est se mettre en résonance avec la nature, qui ne sait pas faire autrement que de se construire avec la géométrie, c'est en fait le fondement des édifices sacrés...

 

L’Art du trait a été utilisé pour concevoir des édifices solides et cohérents, ce qu’on appelle la Tradition...

 

Les maîtres d’œuvre du moyen âge employaient des formes simples et des divisions proportionnelles, faciles à construire et à mémoriser, il s’attachaient aussi aux dimensions symboliques auxquelles ils étaient très sensibles...
La géométrie sacrée

 

Une grande partie de ces connaissances ayant été cachée dans les sciences anciennes les secrets ou les façons d’opérer pour comprendre la nature dans ses parties intimes (Astrologie, Symbolisme, Magie, Alchimie, Mythologie,...).

 

Et aussi en filigrane, dans les contes, les légendes et les mythologies, les jeux de cartes, ou encore dans des jeux plus innocents, comme par exemple la marelle, les dominos, le jeux de l’oie, les échecs,... dont les clefs sont les nombres : 22 lettres hébraïques, 22 lames du tarot, 22 polygones réguliers,...

 

La géométrie sacrée

 <<<<      >>>> 


                                                                                   Politique de confidentialité        Informations sur les cookies