Les réseaux géomagnétiques

Atelier habitat vivant Auxerre, Géobiologie en Bourgogne

 

Ateliers habitat vivant - Géobiologie de l'habitat en Bourgogne

 
















  Accueil   / La Géobiologie des lieux d'énergie   / Les menhirs et les dolmens   / Les réseaux géomagnétiques




 

 

Les réseaux sont en fait des résilles de métaux...

 

La géobiologie sacrée, les sites sacrés La terre est vivante et son coeur, le noyau ou magma, la Barysphère (1) contient du métal en fusion, essentiellement du Nickel et du Fer.

 

Autour de cette sphère, on trouve un manteau rocheux, la Pyrosphère (2), qui
contient à l'état pâteux tous les métaux de la table de Mendeleïev, dont du Silicium
et du Magnésium en quantité importante.

 

La croûte extérieure, la Lythosphère (3) dure et relativement peu épaisse, contient en majorité du Silicium et de l'Aluminium.

 

Telles les mailles d'un filet, les rayonnements du magma nous proviennent sous
forme de résilles d'énergie (4), chaque métal ayant sa propre résille et possédant une information vibratoire avec une fréquence spécifique, leurs dimensions étant
fonction de leur importance quantitative.

 


 

Recherchant à comprendre leur nature, Georges Prat, architecte et géobiologue, a travaillé avec un chercheur autrichien qui a identifié les rayonnements de ces réseaux à des métaux (on ne sait malheureusement pas comment ce chercheur a procédé, ni quels types de mesures il a effectué).

 

C'est ainsi qu'en effectuant leurs recherches, ils ont retrouvé la nature des principaux réseaux dont nous tenons compte en Géobiologie :
- Le réseau dit Peyré, portant la radiation de l’or.
- Le réseau dit Curry, celle du fer.
- Et le réseau dit Hartmann, celle du nickel.
- Mais ils en ont (re)découvert bien d'autres...

 

Ces métaux fortement chauffés générant à la surface du globe des radiations sous forme de résilles (de véritables murs perpendiculaires), chaque métal possédant sa résille particulière d'autant plus serrée que sa quantité est importante, l'épaisseur de ces murs radiants étant aussi différente selon les métaux.

 

La géobiologie sacrée, les sites sacrés











 

Sachant que selon la loi de Planck, tout métal chauffé irradie, noyés dans la masse pâteuse en fusion ils sont soumis à la force centrifuge et ils s'éloignent peu à peu du centre, jusqu'au moment où il n'y a plus assez de chaleur pour les maintenir en fusion, chaque métal possédant sa résille avec sa propre densité et sa propre conductibilité (tous irradiants), chacun aura donc un itinéraire et un déploiement différent.

La géobiologie sacrée, les sites sacrés La géobiologie sacrée, les sites sacrés








Les résilles de métaux qui irradient ici la basilique de Vézelay (source George Prat).

 

Entrant en résonance avec les métaux et les oligo-éléments présents dans notre corps, ces résilles qui étaient un des paramètres pris en compte pour implanter un dolmen ou un menhir, le nickel et le fer notamment, mais aussi le palladium, le titane, le lithium ou encore l'antimoine, ont également été utilisés par les bâtisseurs des sanctuaires consacrés à mithra, les égyptiens, les aztèques, les celtes, puis plus proches de nous, les églises romanes.

 

D'où comme l’homéopathie et l’oligothérapie, les propriétés soignantes des mégalithes, des chapelles, des églises ou encore des sources, connus pour être "guérisseurs", la présence de ces résilles expliquant une grande partie de leurs propriétés régénératrices et curatives, le croisement de plusieurs agissant d’autant...

Ces résilles constituent également une trame planétaire qui capte et redistribue l'énergie vitale, et qui est en quelque sorte le système circulatoire de la terre, son réseau de vaisseaux sanguins...


         <<<<      >>>> 


                                                                                                            Politique de confidentialité        Informations sur les cookies